La révolution numérique dans laquelle nous sommes entrés depuis une vingtaine d’années marque une rupture anthropologique décisive par la reconfiguration de notre rapport au temps, à l’espace et aux autres. On peut alors facilement imaginer qu’en quelques générations, l’homme aura tellement changé, muté, qu’un certain nombre de nos facultés cognitives paraîtrons aussi éloignées et improbables que peuvent l’être pour nous celles de l’homme du moyen-age. A l’époque de la planète unifiée, de l’information déferlante, de l’Internet omniprésent, des smartphones omniscients, de la réalité virtuelle ou augmentée, du temps réel, de la géolocalisation permanente, de la trace incontournable, du rapprochement toujours plus étroit entre corps et machine… nombre de nos aptitudes cognitives se trouvent profondément modifiées : mémoire, intuition, mode de raisonnement, écriture, individuation…

Dans ce contexte, il nous a paru intéressant de garder une trace, une empreinte de ce qui fait « le sel de la vie »* d’un être humain à Verdun/ Garonne en 2014. Selon son histoire, ses rêves, son éducation, ses principes, ou la manière de conduire sa vie, chacun égrène son propre «sel».

———

Pour ce projet, nous sommes partis à la rencontre des habitants, recueillir un florilège de ces menus plaisirs qui font le sel de la vie : instants, ressentis, souvenirs, émotions, rituels, rencontres, images… De février à juin 2014, nous avons procédé à un travail de récolte, à cette moisson de la « mémoire des petites choses » qui font le ferment de notre quotidien et, peut-être, au delà de notre statut, nos opinions, nos croyances, ou les rôles que nous avons exercés, l’essence même de nos êtres. Chaque rencontre aura été un moment très dense, une immersion dans la mémoire de chacun, une exploration qui mêle l’anecdotique et le quotidien. Odile Teullières, verdunoise, décrit très bien ce temps de la rencontre dans le beau texte qu’elle nous a « offert » au moment de la restitution (retrouvez le mot d’Odile tout en bas de cette page).

Les témoignages de chacun ont donné naissance à une série de portraits réalisés dans une technique mixte mêlant dessin au crayon, ombre, dessin d’animation et projection vidéo. Un portrait hybride entre la face extérieure et intérieure de chacun, à travers les personnages qui peuplent son esprit… les holons de chacun.

Grâce au concours des habitants et anciens commerçants de la rue Gabriel Péri, les portraits ont été installés dans les anciennes vitrines du centre ville, du 1er au 10 juin 2014, à l’occasion du festival d’Art d’Art notamment. Chaque installation a également laissé une trace, sous forme de carte postale en réalité augmentée, reprenant le même dispositif que les installations, une écriture croisée entre l’aspect extérieur et intérieur de chaque protrait. Ces cartes postales sont disponibles à l’office de tourisme de Verdun/ Garonne.

 

* Françoise Héritier à ouvert une brèche dans son livre paru fin 2013, « Le sel de la vie », partageant l’inventaire à la fois intime et universel de ce qui a fait le sel de sa vie.

 

holons de Garonne, juin 2014

holons de Garonne, juin 2014 – portraits des habitants

Installations du 1er au 8 juin 2014, dans le cadre du festival d’Art d’Art – rue Gabriel Péri à Verdun/ Garonne

 

Projet Artistique de Territoire, sur invitation de l’association Happy Culture à Verdun/Garonne. Aymeric Reumaux & Nina Vitale
LOGO verdunenRueLibre

>> l’association Happy Culture à Verdun/Garonne